Pierre Coquard (Data&Marketing) : « Une DMP est une solution qui permet d’enrichir le continuum VRM – PRM – CRM de manière optimale »

Le 25 novembre dernier, CCM Benchmark organisait un petit déjeuner autour de la Data Management Plateform (DMP). Le 24 mars prochain, c’est une journée entière qui sera consacrée à ce sujet avec des intervenants prestigieux comme Adobe, Cabestan, R-Target, Union des annonceurs,  Visionary ou encore Zebestof.

1920x652-data-management-platform

Dans le cadre de cette conférence, CCM Benchmark Institut a interrogé Pierre Coquard, Directeur associé chez Data & Marketing, qui sera également présent lors de cette conférence.

Pierre CoquardCCM Benchmark. Qu’est-ce qu’une Data Management Platform et pourquoi investir dans ce type de plate-forme ?

Pierre Coquard. Il peut y avoir plusieurs définitions d’une DMP, tout dépend du secteur d’activité de l’entreprise dont on parle. Cependant, de manière générale, une DMP est une solution qui permet d’enrichir le continuum VRM – PRM – CRM de manière optimale. Pour rappel, le VRM (Visitor Relationship Management) permet d’identifier qui est derrière son écran et de qualifier le visiteur, le PRM (Prospect Relationship Mangament) permet d’identifier des prospects et de leur adresser une campagne marketing ou média et le CRM (Customer Relationship Management) permet de qualifier au mieux les clients. La DMP permet aujourd’hui de matcher les 2 métiers ci-dessus : celui du média et celui du marketing. Il permet ainsi à un directeur média d’utiliser les données marketing pour optimiser ses achats sur internet et à un directeur marketing d’utiliser les données médias pour optimiser ses process marketing. La DMP centralise en fait l’ensemble des données collectées et adresse à chaque équipe les données à utiliser pour optimiser leurs différentes campagnes.

D’où proviennent les données collectées ? 

Dans une DMP, on identifie 3 catégories de données, des données navigationnelles ou comportementales qui proviennent de sites Internet, des données CRM ou transactionnelles qui proviennent des boutiques et des sites e-commerce et permettent de qualifier un profil, des données tierces qui proviennent de sites web partenaires avec qui l’on travaille ou de sites web qui vendent leurs données comme des comparateurs de prix et qui vont permettre d’enrichir la qualification de notre DMP.

Comment coupler les outils DMP et CRM ? 

Croiser les données DMP et CRM est le facteur clé de succès. En effet, lorsque ces données sont enrichies et matchées, cela permet de créer des actions marketing et des actions médias fortes. Un directeur média peut alors optimiser ses campagnes médias en ciblant à la fois les clients, les prospects et les sites Internet liés à sa base CRM. De son côté, un directeur marketing va pouvoir inclure toute la donnée média dans ses process marketing.

Comment Data & Marketing répond-il aux problématiques de ses clients ? 

Data & Marketing est un département du groupe média CCM Benchmark qui travaille sur l’ensemble des données du groupe. Aujourd’hui, nous avons plus de 20 millions de visiteurs uniques qui transitent sur nos sites Internet chaque mois. Notre projet est de collecter et de qualifier l’ensemble des données navigationnelles de nos sites puis de les proposer à des annonceurs. On les propose pour répondre à 3 types de besoins, dénicher de futurs clients pour les annonceurs en détectant les intentionistes qui viennent sur notre site et en leur proposant de découvrir les produits de nos clients, réactiver des anciens clients en détectant ce qu’on appelle des “chearners”, pour des sociétés et leur adresser une campagne marketing pour les réactiver, et enfin enrichir la propre DMP des annonceurs avec les données navigationnelles de CCM Benchmark.

Pour assister à la conférence du 24 mars 2015, programme et inscription : La Data Management Platform

Assurances et Mutuelles font leur révolution digitale

620x218-assurances-mutuelle-2015

Les mutuelles et les compagnies d’assurances ont-elles investi toutes les opportunités offertes par le digital ? Une enquête de PwC datant de juillet 2014 révèle que 60% des consommateurs français d’assurance dommage font désormais appel aux plates-formes numériques pour se renseigner avant d’acheter un produit ou un service. Les réseaux sociaux et comparateurs de prix en ligne leur permettent notamment de mieux découvrir et comparer les offres. Les consommateurs utilisent également le numérique pour mettre à jour leurs données personnelles et suivre leur dossier, en cas de sinistre notamment.

« 30% des Français déclarent être prêts à franchir le pas s’ils avaient accès à des conseillers à toutes les étapes du parcours en ligne »

Cependant, malgré les investissements importants des acteurs du marché, la part des contrats souscrits entièrement en ligne ne dépasse pas les 5%. De nombreux freins demeurent pour favoriser la transaction en ligne. Par exemple, 30% des Français déclarent être prêts à franchir le pas s’ils avaient accès à des conseillers à toutes les étapes du parcours en ligne. De nombreux internautes se déclarent également perdus pendant la réalisation d’un devis et de nombreux sites ne sont pas encore optimisés pour le mobile. Les assurés sont aussi massivement en demande de services destinés à leur faciliter la vie : ils sont huit sur dix à se déclarer prêts à télécharger sur leur smartphone une application dédiée fournie par leur assureur.

Le marché va donc beaucoup évoluer dans les années à venir. Les acteurs de ce marché l’ont compris et investissent massivement, pour certains, afin de développer des outils digitaux centrés sur l’expérience utilisateur.

Digitalisation de la relation client, nouveaux compétiteurs, évolution des business models, big data et objets connectés… Autant de sujets majeurs que la conférence Assurances et Mutuelles sur Internet 2015 traitera en profondeur le 25 mars prochain.

Programme et inscription : http://www.ccmbenchmark.com/conference/864-assurances-et-mutuelles-sur-internet-2015