La conférence Univers féminin en images

Le 11 décembre dernier, la conférence « Univers féminin » organisée par CCM Benchmark a réuni à Paris de prestigieux intervenants. Voici quelques photos de l’évènement.

Après une présentation de Delphine Gatignol (Comscore), Frédéric Daruty (Prisma Média), Frédéric Wilhelm (Morgan) et Rodolphe Roux (Seb) ont débattu. Le thème était : « Développer sa présence digitale ». Camille Faure (Milky) a ensuite réalisé une présentation sur « Pinterest séduit les femmes ». Puis la deuxième table ronde a fait débattre Stéphanie Mundubeltz-Gendron (Journal des Femmes), Clémence Lefebure (Envie de Fraises), Olivier Kaervella (Yves Rocher) et Christian Ramidlovitch (consultant) autour du thème « construire et animer une communauté ».

Conférence Univers féminin CCM Benchmark

Après le déjeuner, Sarah Herz (Condé Nast), Amandine Perot (Showroomprivé) et Nicolas Le Hérissier (Houra) se sont retrouvés autour de la table des débats pour traiter du thème suivant : « La tablette : le nouvel accessoire incontournable ». Une présentation d’Alice Henry (Inmobi) sur les usages et attentes des consommatrices en matière de tablette est venu clôturer ce thème.

Univers féminin et tablette

Le thème du Shopping en ligne a par la suite réuni Fanny Moizant (Vestiaire Collective), Sarah Allart (Tribway) et Quentin Vacher (JolieBox)  autour de Hervé Bloch (Digilinx) qui s’est transformé en animateur de table ronde pour l’occasion.

Le shopping en ligne et les femmes

La journée s’est terminée par les interventions successives d’Eric Maillard (Ogilvy), Guilhem Fouetillou (Linkfluence) et Bérangère Lamboley (But) sur, respectivement, les thèmes suivants : « Tisser un réseau de blogueuses partenaires », « Ecouter et décrypter les influenceurs » et « Accompagner la féminisation de sa marque sur Internet ».

 © Photos : Cécile Debise (CCM Benchmark)

Internet des objets : l’impact sur les sites web

Les concepteurs de sites ont devant eux un nouveau paysage numérique dont les contours commencent à se dessiner. Il n’est pas trop tôt pour en prendre la mesure.

Internet des objets et sites WebLa grande majorité des sites Internet reposent encore sur le paradigme informatique traditionnel : ordinateur, écran, clavier, souris, interface utilisateur graphique. Ce dernier est en train d’être dépassé par l’Internet mobile et l’arrivée des smartphones et des tablettes. A plus long terme, il le sera par l’Internet des Objets et les Objets Communicants et Intelligents.

Une informatique “tangible”
L’ordinateur traditionnel n’est plus le véhicule exclusif de l’informatique. Devenu portable, il évolue, à travers les tablettes et les smartphones, vers un petit objet familier et d’usage quotidien analogue au stylo et au livre. La miniaturisation et le développement du sans fil vont continuer à favoriser l’apparition d’objets numériques, inspirés d’objets traditionnels ou complètement nouveaux qui n’auront plus aucun rapport avec le look classique d’un ordinateur.

Une informatique “perceptive”
L’ordinateur était sourd et aveugle. Avec la révolution des capteurs, un objet numérique peut percevoir son environnement, non seulement sa situation (géolocalisation) mais aussi appréhender de manière extrêmement fine son environnement physique (vision, ouïe, odorat, toucher…). La conséquence : une révolution des interfaces est en marche, qui permettra d’interagir de manière beaucoup plus conviviale avec les nouveaux objets numériques (surfaces tactiles multipoints), y compris à distance (Wiimote, Kinect).

Une informatique “musculaire”
Avec les progrès des actionneurs et de la robotique, les nouveaux objets numériques sont capables d’agir sur le monde physique, bien au-delà des seuls écrans, par exemple en actionnant divers mécanismes ou en pilotant le réglage de la lumière et de la température dans une maison. Par rapport à cet environnement très riche, l’interaction avec un écran classique apparaît bien limitée et peu attractive.

Tout comme les blogs puis les réseaux sociaux ont gagné en importance par rapport aux sites web classiques, il est vraisemblable que « les objets communicants et intelligents » et « les objets à capacité augmentée » se développeront suffisamment massivement dans les prochaines années pour devenir des médias originaux concurrents des sites traditionnels. Les concepteurs de sites web ont donc intérêt à développer de nouvelles compétences, notamment sur les nouvelles modalités « d’expérience utilisateur », le “design des interactions” et les interactions homme / machine.

Les tablettes, un rôle de précurseurs
Dès à présent, les tablettes trouvent une partie de leur succès dans les nouvelles attitudes corporelles qu’elles permettent. Au lieu de la position assise, dans une attitude de travail, elles permettent une utilisation dans les positions les plus variées, et pour des utilisations ludiques, ce qui entraîne un ressenti différent d’un ordinateur classique.

Les modalités d’interaction changent aussi avec la présence, dans les tablettes, d’accéléromètres permettant, en basculant l’écran, de déclencher une action. Là encore, le créateur de site va devoir élargir ses compétences traditionnelles de graphiste et de maquettiste et passer d’une  préoccupation ergonomique purement visuelle à un travail d’ergonome plus global, impliquant une réflexion sur la relation entre le contenu qu’il propose, les possibilités de manipulation de l’objet et les attitudes corporelles liées à son utilisation.

Le design au coeur des objets « augmentés »
Dans l’avenir, des objets « augmentés », c’est-à-dire auxquels on aura ajouté des capacités de communication et d’intelligence, ne seront pas seulement des « objets-écrans » (constitués majoritairement autour d’un écran comme les tablettes), mais aussi des objets très variés dont l’écran ne sera pas forcément l’interface principale mais peut-être seulement un accessoire secondaire. Dès lors, pour ces objets-médias d’un nouveau genre, leur forme, leur esthétique, leur maniabilité et leur sensorialité joueront un rôle décisif dans leur succès. De graphistes, les créateurs de ces nouveaux objets-média devront donc devenir aussi d’authentiques designers.

Cet article, écrit par François Denieul, économiste et politologue devenu technologue et designer, a été publié dans la publication Stratégie Internet en septembre 2011, suite à la conférence Smart World du 28 juin 2011.