L’e-commerce en Inde en passe d’exploser

Le deuxième pays le plus peuplé, malgré de grosses disparités économiques et sociales, dispose de perspectives d’évolution prometteuses en matière d’e-commerce.

Sur 1,2 milliard d’habitants, l’Inde comptait fin 2011 plus de 120 millions d’internautes, dont 100 millions étaient véritablement actifs (connexion une fois par mois au moins). Le nombre d’internautes est en croissance de 13 % par rapport à 2010. Côté e-commerce, le marché est évalué à 10 milliards de dollars, en croissance de 47 % entre 2010 et 2011. Son potentiel, à l’horizon 2020, est estimé à 200 milliards de dollars. Le nombre de cyberacheteurs est de 10 millions, avec un taux de croissance annuelle moyen de 40 à 45%.

Un pays aux multiples facettes

La population indienne reste néanmoins très rurale : seuls 29 % des Indiens vivent en ville. La pénétration d’Internet est encore faible dans le pays (8 % seulement) avec, le plus souvent, des connexions très lentes. Un cinquième des Indiens doivent marcher plus de 10 kilomètres pour avoir accès à Internet, ce qui contribue à expliquer le fort développement des connexions via mobile. Le pays compte ainsi plus de 26 millions d’internautes mobiles, avec des perspectives à 400 millions d’ici à 2015. Cette hausse se fait au détriment des cybercafés dont la fréquentation est passée de 37 % à 27 % entre 2009 et 2011. D’après Google, fi n 2011, 40 % des recherches et 67 % de l’e-commerce indien se faisaient via mobile.

E-commerce : le secteur du voyage en pointe

Le sud et l’ouest de l’Inde sont les régions les plus dynamiques en matière d’e-commerce avec, respectivement, 41 % et 27 % des transactions effectuées en ligne. Le B2C représente 56 % de ce marché. Le principal segment est le secteur des voyages en ligne (76 % du marché), suivi de très loin par l’e-tailing, qui associe commerce en ligne et magasins (8 %) et les services fi nanciers (8 %). Parmi les e-commerçants présents en Inde, le plus important est FlipKart.com.

Cette société, fondée en 2007 par deux anciens d’Amazon, a su s’adapter aux spécificités locales, à savoir un taux de pénétration des cartes de crédit très faible et un service postal déficient. FlipKart a été pionnier dans le paiement à la livraison (« Cash On Delivery ») et a mis sur pied une livraison « last mile » de qualité répondant au besoin de « toucher avant d’acheter » de la grande majorité des clients. Ces deux dispositifs, bien que nécessitant des ressources financières et humaines plus importantes, ont contribué à faire de FlipKart un modèle de l’e-commerce en Inde.

Une concurrence qui s’organise

L‘arrivée d’Amazon depuis février 2012, avec son approche « mobile fi rst », prouve que le potentiel de l’e-commerce indien intéresse les plus gros acteurs mondiaux. Le géant américain vient d’ailleurs d’annoncer le lancement de sa liseuse (Kindle) dans le pays, au prix de 7 000 roupies (environ 100 euros). Une libraire numérique dédiée y est associée. Le site d’Amazon est visité chaque mois par 6,8 millions de visiteurs, devant Apple (3,4 millions).

Parallèlement, les sites de « deals » ont connu une très forte progression ces derniers mois : + 629 % entre fin 2010 et fin 2011. Fin 2011, 16 % des Indiens ayant accès à Internet avaient visité un site de couponing. Des Indiens à la recherche de bonnes affaires, ce qui oblige les détaillants en ligne à revoir leur marketing et leur stratégie de prix. Le site de deals leader en Inde est Snapdeal (5,2 millions de visiteurs uniques par mois), devant Mydala (1,4 million) et Crazeal, propriété de Groupon, (1 million).

Les secteurs de l'e-commerce indien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, CCM Benchmark réunit, le 18 octobre prochain à Paris, Ubifrance, Orange Business Services, Viadeo, Luxe Corporation, French caviar et bien d’autres acteurs à l’occasion de la Conférence Digital en Inde.